Débuter en Mode FT8

Dans un Premier lieu téléchargez  et installez   le logiciel WSJT-X   .

Aprés installation nous arrivons sur Ici

1er image.jpg

Cliquez sur File puis sur SETTING

image 2

Dans la Case MY CALL indiquez votre indicatif radioamateur et dans My Grid votre Locator  ex: jo10fo  , puis cliquez sur Radio dans la barre du haut.

unnamed (2).jpg

Ici tout dépends de votre matériel Radio , faite dérouler le curseur pour sélectionner votre TX/RX . le plus difficile reste à connecter à l’aide de votre interface le CAT control et Le PTT CAT.  Néanmoins, si vous utilisez déjà Hamradio de luxe , cela est encore plus facile . Sélectionnez dans Rig  Hamradio De luxe dans la barre défilante pour ce dernier cas.

Utilisez  les  curseurs TEST CAT et TEST PTT pour vérifier la liaison entre Pc et RAdio.

Cliquez ensuite sur AUDIO et vérifier Bien que  la carte son de votre Pc est bien validé par le logiciel , ici  Input et le Ouput .

IMG-3638

Cliquez ensuite sur Reporting

cochez » Prompt me to log Qso » et « Enable psk »

IMG-3650

Une chose importante  pour  que le logiciel décode . N’oubliez pas de mettre votre Horloge PC à jour !

IMG-3636

Cliquez sur Mode et sélectionner FT8

IMG-3651

Voici un exemple de waterfall  avec des trames en réception

wsjtx-ft8-screen.png

ici un exemple de qso avec  le radio club F6KSS et l’Angleterre.

IMG-3648

Après le qso fini  la fenêtre QSO s’affiche  et attend votre validation pour enregistrer le Qso dans wsjt_log.adi que vous pouvez retrouver en cliquant sur  File est « open loq directory »

 

IMG-3649.jpg

Plus d’infos sur le site principal .

https://physics.princeton.edu/pulsar/k1jt/

Bonne lecture et bon Dx

 

Publicités

Théorie / Condensateur /Codes valeur

condensateurs_02.jpgcondensateurs_01.jpg

Un condensateur est un composant électronique capable de stocker de l’énergie, sous la forme d’un champ électrostatique. Il s’agit d’un composant dit passif, qui dans la plus simple de ses formes est constitué de deux surfaces conductrices d’électricité que l’on appelle armatures, mises face à face et séparées par un isolant appelé le diélectrique. Vous voyez le rapprochement avec sa représentation dans les schémas (deux traits parallèles) ?

Voici  l’adresse d’un site ou l’on peux trouver un maximun d’informations  sur c’est fameux condensateurs.

le Site d’origine  ICI 

Tableau national de répartition des bandes de fréquences

téléchargement.png

Le Tableau national de répartition des bandes de fréquences (TNRBF) fixe les utilisations de fréquences radioélectriques, en fonction des services de radiocommunication, par les affectataires dont la liste est définie au chapitre 3 du présent document.
Conformément au 3° de l’article R.20-44-11 du code des postes et des communications électroniques (CPCE), l’Agence nationale des fréquences (ANFR) prépare et soumet à l’approbation du Premier ministre qui l’approuve, après avis du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et de l’Autorité derégulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), la répartition des bandes defréquences entre catégories de service au sens du Règlement des radiocommunications (RR) del’Union internationale des télécommunications (UIT) et entre affectataires, en application de l’articleL.41 du CPCE.
le document complet ICI TNRBF_2017-12-14

 

bonne lecture

73 f6kss

TM1GC

Hommage à Mr Carl Gauss

 

Carl_Friedrich_Gauss.jpg

   plages d’utilisation de TM1GC

      03/04/2017 au 05/04/2017

     24/04/2017 au 29/04/2017

      23/06/2017 au 28/06/2017

Bands worked: From 80 to 10 meters 2m VHF
Modes: CW, phone, digitals (PSK, RTTY and SSTV)
QSL via F8DFO 
QSL DIRECT WITH SELF-ADRESSED STAMPED ENVELLOPE (IRC)
SWL REPORTS ARE WELCOME
See you soon on Air !

73 de Rodrigue, f8dfo , F6kss’ s Team

qsl tm1GC

 

 

 

 

 

Comment faire du JT65

jt6512.png

Configuration du WSJT-X

Voici la configuration du logiciel WSJT-X,

► Téléchargement du logiciel à cette adresse : https://sourceforge.net/projects/wsjt/  Ce logiciel est gratuit, son interface est en anglais (uniquement) et il est également disponible pour Mac et Linux

► Sa description (en anglais) : http://physics.princeton.edu/

► Guide d’utilisation (User-Guide en anglais) : http://physics.princeton.edu/pulsar

Après l’installation de WSJT-X, vous devez configurer le programme avec quelques informations de base.
Dans le menu de configuration principal vous avez 6 onglets : Général, Radio, Audio, Tx Macros, Reporting, Frequences et 2 onglets complémentaires Colors et Advanced. Certains de ces onglets contiennent des options qui sont nécessaires au bon fonctionnement du programme. Les 6 premiers onglets contiennent des options nécessaires au bons fonctionnement du programme. Certains onglets doivent être configurés, tels que Radio et Audio. Les autres onglets sont également importants mais néanmoins auxiliaires.

À savoir que si vous avez des problèmes de configuration, il faut juste passer plus de temps à bien configurer les paramètres.

Read more at http://on5vl.e-monsite.com/on5vl/communication/comment-faire-du-jt65-1ere-partie.html#hKAYkisk7xuVWGxD.99

 

la suite ici 

 

source :on5vl

L’ÉTUDE DU MORSE

La pratique de la lecture au son de l’alphabet Morse fait partie des connaissances -de tout amateur-émetteur. 

L’étude de la lecture au son débute évidemment par celle de l’alphabet Morse et l’on commencera l’assimilation de ce dernier, à la vue de sa représentation graphique. Toutefois, il sera sage de ne pas oublier que le but poursuivi est de caractère auditif et Von associera, sans attendre, l’auditif au visuel, par exemple en sifflant les signaux Morse.

D’autre part, on se procurera un « buzzer » que l’on branchera en série avec un manipulateur et une pile, ou, mieux encore, on constituera un « parleur à lampes ». Cela permettra, tout en écoutant les signaux, d’apprendre à manipuler.

Il va sans dire que l’aide d’un opérateur manipulant déjà entraîné est avantageuse, mais il est quand même possible d’apprendre seul.

Au début, on étudiera lettre par lettre et l’on s’attachera tout spécialement à bien observer la cadence des signaux Morse, c’est-à-dire les durées relatives entre les points, les traits et les intervalles.

Certaines manipulations, prétendant à l’originalité ou à quelque « chic » personnel, sont à réprouver; citons l’accélération de la cadence au cours d’une succession de points, ou encore l’allongement relatif des traits, etc.

Dans un même ordre d’idées, les débutants demandent souvent que l’on augmente un peu l’espace entre lettres successives, afin de mieux discerner celles-ci. Cette satisfaction peut leur être donnée afin de rendre leurs débuts* plus encourageants, mais il sera bon de revenir aussi vite que possible aux espacements relatifs normaux. N’oublions pas, en effet, que la transmission en Morse repose sur un rythme bien défini, et que plus tôt on apprendra à le respecter, mieux cela vaudra.

Bien entendu, ce rythme pourra se trouver ralenti ou accéléré dans son ensemble, tout comme un morceau de musique peut être exécuté dans un mouvement plus ou moins vif, mais les rondes, blanches, noires… les silences, n’en gardant pas moins les mêmes durées relatives.

L’objectif devant être atteint est l’élimination de la représentation graphique des signaux Morse. Aussi faut-il arriver, à ne plus analyser les combinaisons de points et traits entendues. Le « cliché rythmique auditif» d’une lettre doit, sans travail de réflexion, déclencher l’inscription de la lettre correspondante.

Il est évident que ce résultat ne sera pas immédiat, mais son échéance peut n’être pas lointaine si l’on travaille avec méthode. (On forme bien des lecteurs au son en deux mois et demi à trois mois, dans les services des transmissions.)

Au début de l’entraînement, il est inutile de faire des séances longues; cinq minutes nous paraissent une limite. En effet, tant que l’esprit travaille pour traduire les combinaisons de signaux entendues, la fatigue vient assez rapidement et l’on arrive vite au moment où le cerveau de l’élève ne « répond » plus. Mieux vaut répéter aussi souvent que possible, de courtes séances.

A mesure que s’installe le réflexe d’automaticité dans la traduction des signaux, la fatigue disparaît et l’on peut, avec agrément, lire au son durant de longues périodes de temps.

Nous mentionnerons encore l’existence de cours de lecture au son enregistrés sur disques, solution commode pour un entraînement individuel.

morse004

Buzzer et parleur à lampes

Le buzzer est un accessoire simple et commode pour l’enseignement de la lecture au son. On sait qu’il repose sur le principe de la sonnerie électrique (attraction par un électro-aimant E, d’une armature L, associée à un rupteur à vis micrométrique V). Toutefois, l’armature L prend ici la forme d’une lame capable de vibrer à une fréquence audible et donne ainsi une note musicale.

Le circuit est simplement celui de la figure 15-1, où l’on voit le buzzer connecté en série avec une pile P (généralement de 4,5 volts) et le manipulateur M.

Cet ensemble n’étant pas très bruyant, on aura intérêt, s’il s’agit d’enseigner la lecture au son à plusieurs élèves, à monter en dérivation, sur l’enroulement E, une ligne alimentant plusieurs casques ou un haut-parleur à haute impédance (ancien magnétique ou électrodynamique muni d’un transformateur d’adaptation pour 7000 ohms). Un condensateur C, de 0,5 à 2 uF, doit être placé en série, de manière que le courant continu alimentant l’enroulement E ne puisse passer dans la ligne.

Une formule beaucoup plus perfectionnée se trouve dans un « parleur à lampes ». Nous donnons, par la figure 15-2, le schéma d’un appareil que nous avons mis au point. Il comprend un oscillateur du type R C, dont la fréquence peut être réglée (avec les valeurs indiquées pour le « circuit R C ») entre 600 et 900 Hz. Cet oscillateur est suivi d’une amplification B.F.

Un haut-parleur est incorporé dans le coffret, mais un départ de ligne est prévu pour alimenter à distance des casques ou d’autres haut-parleurs.

La réalisation d’un tel « parleur à lampes » ne présente aucun détail critique.

morse003.jpg

Le choix du manipulateur

Il faut surtout songer aux longues séances de trafic et, à ce titre, le genre de manipu­lateur dit « américain » est très recommandable du fait de sa forme basse, permettant de ne pas travailler avec l’avant-bras trop levé. Les doigts ne seront pas crispés, et l’on obtiendra la manipulation grâce à de légers mouvements du poignet, lequel restera très souple.

Le réglage de la course du manipulateur et celui du ressort de rappel dépendront des goûts personnels de l’opérateur. Notons cependant que, pour maintenir longtemps une cadence de manipulation rapide, il sera préférable d’alléger le ressort de rappel et de régler la course de manière qu’elle soit faible.

 

source CH.Guilbert  F3LG