Dictionnaire Retro lettre S

images-3

SCHNELL. – Nom donné à un mon­tage de détectrice à réaction dans lequel le contrôle de cette dernière s’effectue à l’aide d’un condensateur variable placé entre la sortie de la self de réaction et le Circuit-Plaque.

SELECTIVITE. — Propriété que pos­sède un circuit d’être sélectif, c’est-à-dire de ne recevoir très exacte­ment que l’onde sur laquelle il est accordé, à l’exclusion de toute au­tre même de valeur proche.

SELF. — Simple abréviation courante de « self induction ». Un conduc­teur parcouru par un courant élec­trique crée, autour de lui, un champ magnétique de faible valeur. Si l’on donne à ce conducteur, la forme d’un solénoïde, le champ magnéti­que de chaque spire agit sur la sui­vante et l’on peut dire que le con­ducteur agit sur lui-même (Self : mot anglais signifiant « soi-même »).

SELF D’ARRET. — Se dit d’un bo­binage destiné à bloquer certaines bandes de fréquences : Selfs d’arrêt H F, MF ou BF.

SENSIBILITE. — Propriété que pos­sède un circuit d’être sensible, c’est-à-dire de recevoir des émissions fai­bles et lointaines.

Trop de personnes confondent « sen­sibilité » avec « portée ». Cette der­nière qualité ne peut être que celle d’un émetteur, mais jamais d’un ré­cepteur qui ne « porte » pas mais NQott de plus ou moins loin.

SERIE   Deux accessoires quelconque ( sources ou appareils d’utilisation ) sont en série, lorsque le pôle+ de l’un est branché avec le — de l’autre et ainsi de suite. Ils sont, en somme montés à la suite les uns des autres comme les maillons d’une chaîne. Des sources (accus ou piles) ainsi montées ont leur tension qui s’ajoute. Pour les résistances leur valeur ohmique s’ajoute également. Pour les condensateurs, la valeur di­minue et la capacité totale ainsi ob­tenue est toujours plus petite que la plus petite de celles qui se trou­vent en circuit.

 SHUNT (Voir Paralléle)

SIGNAL. — Généralement toute oscil­lation qui atteint l’antenne et peut être enregistrée par le récepteur.

SIGNAL GENERATOR (Voir Hétéro­dyne).

SOLENOIDE. — Bobine de fil qui, parcourue par un courant électrique possède les propriétés d’un aimant. Ce même nom s’applique aussi à tout fil conducteur enroulé même s’il n’est pas traversé par un cou­rant.

SPIRE.Mot employé pour « spi­rale ». Un tour de fil autour d’un axe, même imaginaire, et devant être parcouru par un courant.

STATIQUE.Littéralement : qui a rapport à l’équilibre des forces. On appelle « caractéristiques stati­ques d’une lampe », celles qui sont relevées sans tenir compte des ré­sistances et accessoires de liaison intercalés dans les circuits de leurs électrodes.

STATOR.Partie fixe d’un appareil électrique ou radioélectrique quel­conque et principalement d’un con­densateur variable.

SUPERHETERODYNE. — Syno­nyme d’appareil récepteur à change­ment de fréquence (voir ce mot).

SUPPORT DE LAMPE. Il a existé jusqu’ici de nombreux types de sup­ports de lampes selon le brochage de celles-ci. Depuis quelques années on tend à standardiser en n’utilisant plus que :

1° le support standard Européen,

2° le support standard Américain.

img0228.jpg

Ces deux modèles sont représentés ici vus dessous. C’est la seule re­présentation logique puisque c’est ainsi qu’on les voit aussi bien en regardant la lampe une fois retournée que tels qu’ils se présentent au mo­ment d’effectuer la post des con­nexions.

img02328

 

Dans les deux cas, ces culots stan­dard sont prévus pour le maximum d’ergots ou de broches auxquels peu­vent correspondre les électrodes de chaque lampe. Comme ces dernières n’en ont pas toutes autant, certains ergots ou broches restent libres. Il est à conseiller, dans les schémas, plans ou plans de montage de les représenter comme ci-dessus avec une indication spéciale (en blanc) pour l’ergot ou la broche libre.

SURCHARGE. — Excès de tension ou d’intensité. Un circuit recevant un courant plus élevé que celui sous lequel il doit fonctionner normale­ment, est dit « surchargé ».

SYMBOLE. — Nom donné aux lettres u  signes  servant   à désigner les corps simples. Ex. : Pb est le sym­bole du plomb.

SYNTONIE. — On dit qu’un circuit ou un ensemble de circuits est syntonisé lorsqu’il possède même self et même capacité qu’un autre. ILs sont alors en syntonie ou en réso­nance. Lorsqu’un auditeur reçoit le poste des P.T.T., c’est que son ou ses circuits possèdent les mêmes va­leurs que celles des P.T.T. La syntonie n’est autre qu’une iden­tité d’accord.

La condition de syntonie est obte­nue par l’effet de résonance (voir ce mot).

Sources : GEO MOUSSERON

Publicités